Genèse :

Soigner les plantes par les plantes, et pas que….. voilà ce que nous faisons.

Nos technologies intellectuelles, et physiques sont issues d’un rassemblement de compétences éprouvées avant la création même d’SPN AGROBIO®

Connaissance majeure en agronomie, cumulé aux connaissances pharmaceutiques, botaniques,  sciences de la nature, ainsi que sur les technologies industrielles de productions.

La passion est essentielle dans le recrutement de nos équipiers, trouver des solutions d’avenir naturelles pour la culture des plantes, prouver leurs innocuités sur les éco systèmes, et sur l’homme, puis prouver le « non résidu toxique » dans les éléments produits à consommer.

Le bio mimétisme est une solution d’avenir, réelle et souvent plus facile à reproduire que l’on pense.

Nous avons recherché dans d’anciens manuscrits, dans un premier temps, pour retrouver les travaux oubliés, puis lu et décortiqué tous les nouveaux ouvrages scientifiques de ces dernières décennies.

Avant-propos :

Ainsi il n’est plus à prouver que les plantes pensent, ont une mémoire, et réagissent comme l’ensemble des êtres vivants, en correspondance avec le milieu qui les entoure.

Sans un sol pourvu de vie, étudié et valorisé, rien de manière naturelle ne peut pousser aux grands volumes standards actuels.

Sans un équilibre réel entre la plante que l’on cultive, et le sol où elle pousse, les rendements ne peuvent être suffisants pour les exploitants agricoles.

Oui, les plantes sur une autre échelle que la nôtre, communiquent, et ont une vie pleine et entière.

Sans la compréhension de cette sensibilité scientifique, rien ne peut être compris de notre métier.

Exploitants professionnels, et Jardiniers amateurs :

Agriculteurs, maraîchers,... tous sont confrontés à des méthodes qui sont devenue caduques, car les terres s’épuisent, se neutralisent, et les agresseurs : bactéries, virus, champignons, ravageurs  s’adaptent et mutent de plus en plus vite.

En biodynamie, en permaculture, en agriculture bio ou conventionnelle, dans les jardins privés ou publics, partout où l’Homme cultive les espèces végétales.

Nous avons développé des solutions pour ces professionnels.

 

Réponses au contexte d’aujourd’hui :

La chimie de synthèse  devrait être utilisée comme solution d’urgence, pour sauver la culture d’un professionnel, et non comme méthode habituelle.

Les solutions naturelles sont réelles connues et éprouvées, et il en reste tellement à découvrir.

Il n’y a pas de solution miracle mais des techniques simples à respecter.

Cependant la liste des plantes que l’on peut utiliser, dans notre communauté européenne,  pour les cultures à grande échelle et limité, et encore récemment  élagué, comme la sortie de la consoude ou d’autres….

 

-Soit on dépose un dossier pour permettre à une plante de rentrer dans cette liste libre d’exploitation

(Long et couteux).

 

-Soit on dépose des AMM , pour protéger ses trouvailles.

(Encore plus long encore plus couteux).

 

S’il est, heureusement normal que les produits phytosanitaires soient complètement contrôlés, et validés par des tiers, et que les recherches et développement privés puissent être protégés.

Il est en revanche anormal de devoir attendre autant de temps et à ses coûts là, pour permettre à des solutions qui sont de bien commun, de voir le jour faites par les petites TPE.

Notre entreprise ne perdra pas le temps de faire des commentaires sur cette situation, et nous souhaitons investir toutes nos ressources dans cette recherche et développement, pour l’avenir de tous.

Solutions :

Aujourd’hui vous trouverez toutes les solutions testées que nous commercialisons  sur notre site à la page :

SPNAGROBIO solutions.

Certaines de ces formules ne peuvent être vendues qu’hors  communauté européenne.

Vous le verrez, c’est simple, il faut connaitre ses sols, et suivre ses cultures simplement, les produits sont faciles d’utilisation, et non nocif pour la santé humaine.

De plus le coût de traitement à l’hectare chute considérablement, comparé aux standards actuels.

Nos fiches techniques de composition et protocole ne sont disponibles  que pour nos fidèles clients.

Où sur demande spécifique ici :

Contact

Recherche et développement origine des savoirs faire :

Notre savoir-faire est d’abord issu de notre recherche et développement, une infusion, une décoction, une macération, un distillat, un purin, un extrait fermenté, une extraction…tant de terme de galénique à connaitre, et surtout à appliquer  à la bonne plante pour l’utilisation souhaitée.

D’autant que, d’une région du monde à une autre, que nous parcourrons encore ces années, l’extraction des substances des plantes n’est pas pratiqué de la même façon.

Il y a des raisons à cela…..

Comment extraire ce que l’on va chercher dans une plante, comment le conserver intact…

Comment assurer la biodisponibilité pour la plante concernée ?

Comment faire pour que les substances ne partent pas loin dans les sols aux premières pluies..

Comment, oui comment et bien il y a déjà beaucoup de connaissances scientifiques rassemblées dans de nombreux ouvrages, et puis il y les essais…

Pour les plantes trempées dans l’eau, il y à l’origine la qualité de l’eau.

Celle-ci va porter les principes actifs aux plantes, elle doit être dynamisée filtré, équilibrée, riche comme la nature nous la donne à l’origine.

Les volumes, les temps d’imprégnations, les températures, la qualité et le tri des parties mises dans l’eau, permettent déjà un bon départ.

Puis il faut stabiliser les solutions pour qu’elles gardent leurs pouvoirs  d’actions.

Rendez-vous compte certains pratiquent des stérilisations hautes températures, ou sous lumière noir à large spectre UV, ou encore dilue tellement les solutions qu’elles n’ont pratiquement aucune couleur, d’autres en vendent avec noté sur les emballages  «  sans odeurs », si si vraiment !

Toutes ces pratiques néfastes  rendent certains produits commercialisés par d’autres, peu ou pas actif, et donne mauvaise réputation à  notre noble métier.

Nous avons relevé de longs défis pour rendre nos produits efficaces et stables, mais jamais au détriment de la qualité de nos fabrications.

Pour les extraits secs, compactés comme les pellets, mulchs, ou granulés l’origine et la traçabilité des plantes, l’homogénéité, la conservation est primordiale avant tout.

Puis la composition des formules doit être pensée pour garantir et optimiser les effets, c’est ce que l’on appelle la potentialisation, par exemple.

Nous mettons tout en œuvre, pour que simplement, nos clients nous recommandent  au près d’autres et que petit à petit notre humble société puisse continuer ses recherches et proposer toujours de nouvelles solutions.

Cette année 2019, nous proposerons des formules de nutrition végétale ciblés et très spécifique

Et bien sûr aux prix les plus bas possible.

Passionnément dévoué à cette cause.

L’équipe d’ SPN AGROBIO®

Méthodes de fabrications employées :

Sélection des matières premières cultivées :

Comme vous l’avez peut être vue, nous sommes inscrit entant que chimiste, et agriculteurs à la chambre du commerce et des métiers, car dans les deux cas nous sommes tenue de connaitre profondément ces deux métiers.

Nous cultivons à petite échelle mais nous souhaitons, compléter cette activité et produire dans  les années à venir les plantes nécessaires à nos formulations.

Aujourd’hui nous sélectionnons drastiquement tous les cultivateurs, récoltants, des plantes que nous utilisons.

Celles-ci sont à 90% d’origine Européenne, et nous exigeons une traçabilité et une analyse des lots livrés.

Nous visitons fréquemment, et sans rendez-vous, nos fournisseurs, cueilleurs, cultivateurs et exploitants.

 

Les matières premières voyages très peu (faible impact carbone) et sont stocké à l’abri de l’humidité, et de la lumière dans un entrepôt spécifique à cet effet.

La méthode :

Lors de la préparation d’une solution, les lots sont étendus, aérés, contrôlé à nouveau visuellement, couleur, souplesse, aspect, des tiges, feuilles, fleurs, racines, écorces, utilisés.

Le lot doit être conforme à nos cahiers décharges.

Nous avons mis en place depuis le début des bassins de récupération d’eau de pluie, qui sont dynamisés 24h/24 . Cette eau est essentielle à la création d’une solution noble et efficace. Elle est traitée naturellement, puis après contrôle, elle est dirigée vers des filtres. Vous comprendrez bien que si nos solutions sont aussi efficaces face à nos confrêre, c’est qu’il y des raisons que nous ne pouvons expliquer ici.

La mise en eau :

Dans des cuves très spécifiques et sur mesure, pensées et conçues par notre bureau d’étude ,les plantes sont mise en eau, par une pluie fine de trempage, déposé en tapis fin, elle doivent être humidifiée de manière homogène, et calibré.

Cette étape est essentiel, car qu’il s’agisse de décoction, de macération, infusion et tous autres méthodes de galénique, l’imprégnation et la dissolution des substances actives recherchées reste l’étape majeur d’une solutions ayant de grands pouvoirs actif sur le terrain.

La dynamisation de l’eau, est elle aussi essentielle , puisse que les travaux menées sur ce sujet depuis des millénaires, où plus recemment comme : ( Dr Masaru Emoto, Luc Montagnier, Jacques Benveniste etc ), prouve l’importance de la méthode d’hydratation lié à notre métier.

La surveillance en bassin :

Les plantes ainsi plongées dans l’eau, sont surveillée la température de l’eau, la turbidité, le ph, la formation, de dépôts, l’homogénéité du bain, etc etc etc.

Il a fallu plus de trois années pour maitriser totalement les procédés.

La sortie de bain :

Il est important de récupérer la formule soluble par pression osmotique et ainsi laisser le cuve se vider doucement. Filtrée une première fois, la solution est ainsi contrôlée immédiatement. Puis après être filtrée en très fin et plusieurs fois, elle est conservée dans des cuves hors oxygène et hors lumière.

Le conditionnement :

Les cuves identifiées par numéro de lot (provenances dates, analyse de l’échantillon), sont amenées au pôle de conditionnement collé au bâtiment de production. Ainsi nous évitons tout kilomètre et tout risque pour nos formules.

Nos Outils de conditionnement sont neuf, et extrêmement moderne, automates, machine de conditionnement, ensacheuses, encartonneuses, chariots d’acheminement et tout est fait pour que notre personnel, formé en continue, produise dans des conditions optimales.

L’étiquetage final est fait en bout de machine pour que jamais un lot ne soit mélangé, ou non identifié.

Les produits sont conditionnés et expédiés extemporanément pour une qualité optimale.

Exemple pour vous particuliers :comment fabriquer un véritable purin à partir de mulch ou de granulés?

Mélanger 100 g de mulch ou de granulés d'ortie dans 10 litres d'eau de pluie ou de source.
Mélanger 200 g de mulch ou  de granulés de prêle dans 10 litres d'eau de pluie ou de source.
Mélanger 100 g de mulch ou de granulés de consoude dans 10 litres d'eau de pluie ou de source.
Mélanger 100 g de mulch ou de granulés de fougère dans 10 litres d'eau de pluie ou de source.

Vous trouverez les mulch et granulés dans la rubrique nos produits

Si vous utilisez l'eau du service d'eau, vous devez la laisser reposer 48 h à 72 h en la brassant régulièrement afin de faire évaporer le chlore avant de commencer.
Contôler le ph de votre eau qui devrait se situer entre 6 et 6.5 à l'aide d'une bandelette ph-mètre. 
Le ph se situe au delà, ajuster avec du vinaigre d'alcool (environ 100 ml/10 litres d'eau pour descendre d'une unité).
Brasser 1 fois par jour votre macération pour favoriser la fermentation et l'apparition de petites bulles (mousses).
Après 5 à 10 jours en fonction de la température et de l'exposition de votre fabrication, celles-ci disparaissent.
Commencer la filtration à l'aide d'une passoire ou d'un bas pour séparer les matières végétales qui seront utilisées au compost du liquide obtenu.
Contrôler à nouveau le ph à l'aide d'une bandelette ph-mètre.
Votre purin est prêt pour être utilisé au jardin.
Les usages et doses d'emploi sont en consultation via :contact


Vous pouvez le stoker dans des bidons plastiques, rempli jusqu'à saturation en oxygène et bien fermé hermétiquement.